Le Printemps des Poètes - Édition 2023

FRONTIÈRES


Après L’Ardeur, La Beauté, Le Courage, Le Désir puis L’Éphémère, j’avais en tête un intitulé libre et fantaisiste. Pas forcément féérique, mais sans équivoque ni férocité. Un mot qui en appelle à la félicité et à l’imaginaire. Jusqu’à ce que la tragédie guerrière s’abatte sur l’Ukraine. Que l’histoire des frontières, des conflits et des territoires, revienne cadenasser nos consciences. Tourmenter nos esprits. Mais les frontières ne sont pas que géopolitiques ou armées. Pas qu’un enjeu meurtrier. Ni une ligne de front fortifiée. Il en est même que l’on ne cesse de franchir, du petit jour à la minuit, de l’enfance au lendemain, du visible au caché, de la mort à la vie, du réel à la poésie. C’est cet au-delà des frontières qu’il est temps de questionner, ce monde qui rassemble, étonne, dépayse, plus qu’il ne sépare. Ces limites qu’il nous faut constamment repousser. Ce danger qu’il nous faut conjurer.

D’antan à aujourd’hui, et à demain déjà. La peur et l’émotion qu’éprouvait Jean Genet au passage des frontières. La savante malice de Gilles Lapouge : « les frontières, je les aime et je les déteste ». La longueur de vue de Michel Butor qui, ayant le goût des lieux-dits, vivait volontairement « À l’écart » ou « À la frontière », expliquant : « Traverser les frontières m’aide à voir ». Allons donc y voir, plus loin que les paroles, les démarcations et les pensées toutes faites, là où les mots ouvrent l’espace. Outrepassent les pointillés des cartes. Là où l’être et l’âme en mouvement l’emportent sur l’à-plat des planisphères.

Sophie Nauleau

Retrouvez l'actualité du Printemps des Poètes, en cliquant ici.

Vendredi 24 mars à 21h.

Au Centre Élias - 33bis Bd Grisolle 83670 Barjols

Le Bouscatier Révolté


Renat Sette: Comédien, chanteur

Vincent Siano: Auteur, comédien



Ce pourrait être une fable racontée et chantée, un récit de vie, de pays, de métier, un destin de travailleur au dur labeur balloté par les flux capricieux et pernicieux de l’Histoire, un individu devenu étranger par la fatalité des évènements, comme il en existe des millions à tout moment et partout.

Cela raconte l’histoire d’un homme qui aime la forêt, lieu privilégié de liberté, malgré l’âpreté des tâches quotidiennes, malgré le sentiment de solitude et parfois de confinement.

Le bouscatier apparait peut-être comme un homme d’un autre temps pour un métier d’autrefois – bûcheron, scieur de long, charbonnier mais ne subsiste-t-il pas, en nous, quelque chose de cet homme-bois, de cet homme-végétalanimal mythique ?

Ce récit de vie aussi partiel soit-il, convoqué par l’imaginaire théâtral, peut nous faire entendre la résonnance poétique d’un cheminement individuel, comme écho lointain aux « étranges étrangers » de Prévert et à « l’homme révolté » de Camus.


Tarif unique sur place: 13 €

Tarifs réservation : 11 € ou 5,50 € pour les moins de 25 ans, les bénéficiaires des minima sociaux .

CLIQUEZ ICI  pour réserver